pole4cn
contact@pole4cn.org

Blog

Actions et directions du Pôle 4CN Grand-Est : interview de son Président, Charles Berger

En novembre dernier le Pôle 4CN ouvrait une nouvelle antenne dans la région Grand-Est. Lancée lors du salon de référence Préventica à Strasbourg qui eût lieu du 7 au 9 novembre 2017, l’antenne Grand-Est marque une volonté forte de structurer les acteurs de cette région au sein d’une fédération internationale et précipiter ainsi les forces en présence sur le territoire vers le développement de projets “cybersécurité” en cohérence avec les besoins des acteurs privés et publics, mais aussi avec les directives politiques nationales.

Quelles sont les atouts et les potentialités de cette région en matière de cybersécurité et quelles sont les actions à venir dans cette région ? En quoi l’implantation d’une antenne régionale peut-être être une aubaine pour le territoire ?

Nous sommes allés à la rencontre de M. Charles Berger, Président du Pôle 4CN Grand-Est et vous proposons ici une restitution de son interview :

 

Vous êtes le nouveau Président du Pôle 4CN « Grand Est », qu’est-ce qui vous a amené à accepter ce Poste ?

Tout d’abord l’idée même de pôle qui va permettre de développer de nouvelles idées et de mettre en place des projets innovants. Ensuite le « Grand Est » est une région riche d’activités économiques à forte valeur ajoutée. De plus c’est une région qui possède à la fois des entreprises industrielles et des services, et ces entités sont traditionnellement tournées vers l’international. Cette région se situe au centre de l’Europe et je considère que c’est un atout.  Enfin, je suis originaire de cette région que je connais bien et dont la culture a toujours conduit à soutenir, historiquement, les nouvelles technologies et les prises de risques y afférant.

Pouvez vous nous parler un peu de vous et de ce qui vous a amené à avoir un « tropisme » pour la Cybersécurité ?

Mon intérêt pour la Cybersécurité vient de mon parcours professionnel dans l’industrie pharmaceutique puis celle des biotechnologies. Ce sont des domaines où la sécurité des informations est très importante car elle conditionne des enjeux économiques majeurs. Et je me suis ensuite rendu compte que des domaines économiques sont totalement dépendants des informations qu’ils manipulent. La transformation numérique dans le domaine de la santé m’a conduit à m’intéresser à ces problématiques ; car sont menacées, non seulement les données des patients eux même, et ce sujet est clairement identifié depuis longtemps, mais plus généralement les flux d’informations qui circulent. Le partage de ces données est nécessaire au fonctionnement même du système de soins qui est en train d’évoluer rapidement dans cette direction. En multipliant les échanges, il devient plus dépendant de l’acheminement des données et de la maîtrise de leur sécurité … et par conséquent de leur intégrité.

Dans quelles directions souhaitez-vous voir le Pôle 4CN « Grand Est » se spécialiser ?

Nous allons nous intéresser à des entreprises qui sont dans le secteur de la santé, des biotechnologies, de la protection de l’environnement et des ressources notamment agricoles car ce sont des activités bien représentées dans la région « Grand Est ». De plus il existe un certain nombre de pôles de compétitivité qui sont engagés dans ces domaines, ce qui va nous permettre d’identifier des partenaires rapidement opérationnels.

Quelles sont les premières actions que vous souhaitez mettre en place dans le cadre de votre antenne du Pôle?

La première étape est de faire connaître notre existence et notre offre et pour cela de rencontrer les pôles d’innovation de la Région. L’objectif est d’identifier des acteurs qui sont d’une part particulièrement exposés car leurs activités sont critiques ou très innovantes et d’autre part qui ont les moyens de prendre en charge leurs problématiques de Cybersécurité.

Pour la seconde étape, je crois que la prise de conscience de l’exposition aux risques cyber est en cours, l’actualité et l’évolution de la réglementation apportent des arguments forts, ce qui faut afin de transformer cette prise de conscience en projet est d’apporter des solutions concrètes de mise en place. Ces projets devront traiter la question des moyens techniques et matériels, mais aussi la dimension humaine qui à ce jour est probablement le point faible des dispositifs, et celui qui sera le plus long à faire évoluer.

C’est pourquoi je pense qu’il faut s’y atteler sans tarder. Vous pouvez avoir la meilleure serrure du monde, si quelqu’un y oublie ses clés cette serrure ne sert à rien.

Selon vous, quels peuvent être les atouts dont dispose la Région « Grand Est » en matière de Cybersécurité et de lutte contre les Risques Numériques ?

La Région dispose d’un grand nombre d’entreprises qui ont des marchés à l’international, y compris dans des pays à la réputation discutable sur le plan des pratiques cyber. Je crois que c’est par elles qu’il faut passer pour développer une culture Cybersécurité et prévention des risques numériques. Et il faut aussi se souvenir que cette Région compte un grand nombre d’activités innovantes et que celles-ci sont très sensibles sur le plan de la cybersécurité, à la fois par la nature même de leur métier mais aussi par leur mode de fonctionnement.

*Charles Berger est également directeur du programme MBA ISC Paris, dirigeant de Communes Plus spécialisée dans la santé et associé de la société Watchfrog, spécialisée dans le secteur d’activité de la recherche-développement en biotechnologie.